Le ménage.png

Si l’humour et l’excès sont toujours présents, Marguerite  les accompagne d’une revendication d’élégance qui trouve son origine dans l’imagerie des années 50 à 7O. Elle revisite le vocabulaire vestimentaire de ces époques et le décline à sa manière. Marguerite nous transporte dans des histoires sans parole, des saynètes qui font échos à des souvenirs ou des impressions familières semblant surfer sur une « joyeuse nostalgie ».

©Lefebvre/Tran

de mère en fille
le parc
la buanderie
le taureau
la salle de bain
le piano
officielle
thé au salon rouge
marguerites
le ménage
le GI
le petit dejeuner
la plage
le gâteau
la douche
la cuisine
1/1